Fini l’euphorie et la supercherie dans la cité

26 décembre 2013

Société

Ce jeudi 26 décembre 2013, le réveil a été douloureux pour beaucoup de Yaoundéens qui se sont laissés emporter par la fête de la nativité. Ils sont peu ceux des travailleurs qui ont eu le courage de se rendre à leur poste. Plus grave, les marchés sont vides et les boutiques fermées.

C'est dure les lendemains de fête!

C’est dure les lendemains de fête!

Montée Akol Nnom vidée

Montée Akol Nnom vidée

La fête de la nativité fait souvent bouger chaque année le pays tout entier, une fête dit-on, où Jésus-Christ est né de nouveau, en tout cas à chacun son explication et son enseignement sur cet événement qui emmène les fées dans les villes et décuple la population. La veille de noël et tous les jours d’avant, il était difficile de circuler dans la capitale politique du Cameroun, les rues étaient bondées de monde, les véhicules passaient parfois une heure de temps sur place à cause d’interminables embouteillages.

Les prix dans les marchés ont grimpé, mais malgré cette inflation galopante les populations ont continué à faire leurs emplettes. Aujourd’hui la plupart des marchés de la ville sont vides, les fées qui se sont invités à la fête se sont sauvées.

Les rues sont aussi vides, les taximen  qui ne portaient que les clients de 1000 et 2000 francs CFA poussent des clacksons devant tout le monde. La vantardise de l’avant fête est terminée, comme disent les anglo saxons : « Back to normalcy ». C’est à nouveau le train-train quotidien.

des comptoirs vides

des comptoirs vides

Des comptoirs sans commerçants

Des comptoirs sans commerçants

Les lendemains de fête sont vraiment durs. La ville de Yaoundé est calme ce matin, mais son climat est le même. Un vent sec, une brume à l’horizon avec des rayons de soleil qui tentent de percer les nuages. C’est sûr, les commerçants et les transporteurs, en dehors de ceux qui sont à l’hôpital, sont encore en train de compter leurs sous. Il faut le dire, ils ont fait de bonnes affaires durant cette fête.

Dans les bureaux, seuls les courageux sont arrivés à leurs postes. La réalité est que chaque fois qu’une fête légale religieuse tombe en milieu de semaine, comme c’est le cas cette année, les Camerounais sacrifient généralement les lendemains jusqu’au weekend. D’ailleurs beaucoup se rendent à leurs villages et ne rentrent en ville que la semaine suivante.

La route de Coron recommence à bien circuler

La route de Coron recommence à bien circuler

Et comme la semaine de la Saint Sylvestre est semblable à celle de la fête de la nativité, ceux qui ont déserté les bureaux retourneront encore au boulot le lundi 30 décembre, le mardi 31 décembre, ils repartiront après quelques minutes au poste et vous les reverrez seulement l’an prochain, c’est-à-dire le lundi le 6 janvier 2014. Vont-ils seulement leurs vielles habitudes avec la nouvelle année ? Là est toute la question.

Ils se permettent souvent de s’asseoir sur les dossiers de leurs compatriotes, ils vont au travail quand ils veulent, ils répondent mal aux usagers, ils intriguent leurs collègues et jalousent tous ceux qui font des efforts pour être des disciples exemplaires. Et leurs armes facile à porter sont des accusations gratuites.

Ainsi vont les lendemains de fête au berceau de nos ancêtres.

Jean Charles Jérémie

À propos de lastucieux

Je suis un journaliste camerounais, j'aime la production audiovisuelle, la présentation des journaux et des émissions spécialisées, j'aime le travail bien fait. Je souhaite que le gouvernement camerounais et les capitaines d'industrie soutiennent ceux qui se battent pour l'amélioration des conditions de vie des Camerounais, tous métiers confondus.

Voir tous les articles de lastucieux

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le résumé des meilleurs con... |
Code Promo |
Le monde à l'envers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petit Journal de Lattes
| robertini12
| Le Monde