Onambélé Zibi peut-il affronter Massayo ?

26 juillet 2013

Sport

Depuis que la fin du mandat du Général Semengue est arrivée le 25 juillet 2013, Emile Onambélé Zibi, le président du TKC et des clubs d’élite, lui a demandé de quitter la barque de la ligue de football professionnelle. Mais le président du Comité de Normalisation ayant prorogé son mandat de 8 mois, celui qui s’appelle patriarche s’en prend aujourd’hui à Joseph Owona.

La nomination à la tête de la ligue de football professionnelle du Cameroun du Générale Pierre Semengue n’a pas été de tout repos depuis 2 ans. Et pour cause, le président du TKC et des clubs d’Elites Emile Onambélé Zibi n’a pas cessé de l’insulter et de le mettre mal à l’aise durant l’exercice de ses fonctions. Ce dernier n’a pas oublié ses antécédents avec le Général de division quand il était encore le président du Tonnerre Kalara Club.

A la fin

Onambélé Zibi peut-il affronter Massayo ? dans Sport emileonambelezibi-300x199

Ce vieux est un homme dangereux

de son mandat le jeudi 25 juillet, Onambélé Zibi a refait des menaces à l’endroit du Général, lui intimant l’ordre de quitter la ligue avant qu’il ne soit poussé à l’extérieur. Mais malgré ses aboiements, le président du Comité de Normalisation du football camerounais nouvellement installé a plutôt prorogé son mandat. Joseph Owona, alias Massayo, a mis en place le même jour un comité provisoire de gestion dirigé justement par le Général président sortant. Il doit gérer les affaires courantes pendant les 8 prochains mois. Une preuve sans conteste de désaveu du patriarche appelé instamment à la retraite.

Réagissant à cette décision du nouvel homme fort de la Fecafoot, Emile Onambélé Zibi menace à nouveau et parle d’un boycott du championnat tant que les présidents de clubs ne prennent pas en main leur propre destin. Ce qui n’est pas du goût de tous les présidents de clubs qu’il croit maîtriser.

La question aujourd’hui est que comment un bébé qui vient de naître veut déjà marcher pendant que sa maman se fait encore taper l’eau chaude ? La Fecafoot est encore sous anesthésie au bloc opératoire, mais la ligue d’Onambélé Zibi, c’est le cas de le dire, veut déjà organiser ses élections, alors que celles de la fédération mère sont à reprendre, et qu’en plus elle est en pleine restructuration.

Les textes de la ligue ne valent rien pour le moment, son organisation est tatillonne, les clubs ne respectent encore aucune norme du professionnalisme. Mais le seul patriarche de Febe village ne veut pas que Joseph Owona prenne du recul pour le bien de notre professionnalisation rampant et alarmant. En outre, ce sont ces mêmes clubs qui ont refusé de se muer en sociétés anonymes, mais pour courir à la présidence de la ligue, ils sont les premiers.

Contrairement à ce que souhaite le président provisoire des clubs, savoir, l’arrêt des compétitions, les championnats d’élite vont se disputer sans les trouble-fêtes. D’autre part, Emile Onambélé Zibi devrait tout au moins savoir que la ligue est sous la tutelle de la Fecafoot et que le ministre Massayo est un spécialiste pour les soins destinés aux malades mentaux.

JCJ

À propos de lastucieux

Je suis un journaliste camerounais, j'aime la production audiovisuelle, la présentation des journaux et des émissions spécialisées, j'aime le travail bien fait. Je souhaite que le gouvernement camerounais et les capitaines d'industrie soutiennent ceux qui se battent pour l'amélioration des conditions de vie des Camerounais, tous métiers confondus.

Voir tous les articles de lastucieux

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le résumé des meilleurs con... |
Code Promo |
Le monde à l'envers |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Petit Journal de Lattes
| robertini12
| Le Monde