Paul Biya traite ses détracteurs de myopes politiques

16 juillet 2013

Politique

Le président de la République s’est adressé comme de tradition à la nation en fin d’année 2012, pour dresser son discours bilan. Paul Biya plus agressif qu’habituellement, s’est permis de défier ses adversaires politiques en les traitant de myopes à défaut d’être des apprentis sorciers.

Dans son discours à la nation le 31 décembre 2013, contrairement à ce que beaucoup attendaient, la plupart de Camerounais savaient que le président de la République allait faire du copier-coller à partir d’un vieux discours. Mais Paul Biya a déjoué tous les pronostics en ramassant ses adversaires politiques, tous ceux qui ne veulent pas ouvrir les yeux pour voir les progrès que son équipe gouvernementale a déjà réalisés. Il les a traités de Myopes politiques. « Oui, je l’affirme, la Nouvelle Dynamique est en route, et rien n’y pourra l’arrêter. », dira le président d’un ton ferme et sûr.

Paul Biya traite ses détracteurs de myopes politiques dans Politique 025-300x200

Le président au stade Ahmadou Ahidjo

La Nouvelle Dynamique était sont thème de campagne lors de la dernière présidentielle en 2011, il a réaffirmé ses engagements à faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035, même si beaucoup voient d’un mauvais œil cette approche, qui ressemble au bout du tunnel qu’il a annoncé durant des années en vain.

Pour se moquer de ses détracteurs, Paul Biya a répondu à ceux-là qui le traitent d’inerte et d’immobile, de vieux et laxiste, qu’ils verront comment son pays sera davantage en chantier dès le début de 2013. Il avait déjà promis ces grands chantiers en janviers 2012. Il citera ainsi le lancement du barrage de Mekin à la suite de Lom Pangar et Me mvele’e, il a certes noté les difficultés rencontrées au plan énergétique, mais il pense qu’il faut résoudre rapidement cette question, pour jouer à fond le rôle de pilier dans la sous-région.

Pour convaincre les myopes politiques, le président de la République a fait la revue des projets en instance, le passage à la deuxième phase d’industrialisation de notre pays, le montage des tracteurs et bientôt des véhicules chinois. Il cite le port de Kribi, l’autoroute Douala – Yaoundé bientôt dans sa première phase, le lancement du deuxième pont sur le Wouri, la poursuite de la révolution agricole initiée au comice agropastoral d’Ebolowa en 2011.

Confirmation des échéances

En dehors des municipales et législatives attendues après deux prorogations, puis une troisième prorogation le président Biya a annoncé la tenue des Sénatoriales en 2013, ce qui a été fait. Il a d’ailleurs supplié les Camerounais à aller s’inscrire massivement sur les listes électorales, pour ces rendez-vous, en même temps, Paul Biya décidait à nouveau de la gratuité de l’établissement de la carte nationale d’identité. Même si cette mesure n’est souvent qu’un leurre, entre le discours présidentiel et les pratiques dans les commissariats, c’est généralement le jour et la nuit. On a encore pu le noter.

On peut aussi penser que la tenue des Sénatoriales prépare déjà la sortie de Paul Biya de la scène politique, il convient dès lors de commencer à songer à la transition au Cameroun, mais c’est bien l’homme du 6 novembre qui sait et maîtrise comment la troisième République du Cameroun se mettra en place et avec qui.

Dans son élan du prolongement de la Nouvelle Dynamique, le chef de l’Etat confirmait aussi la tenue en 2013 du cinquantenaire de la Réunification à Buèa cette année, tant il est vrai que cette commémoration avait déjà pris du plomb dans l’aile et beaucoup n’y songeaient plus. Biya a pensé également aux victimes des catastrophes, en réaffirmant la mise en place du Fonds de soutien aux victimes de ces phénomènes inattendus. Il n’a pas non plus oublié les retraités, qu’on traine souvent durant des jours sous la pluie et le soleil, pour toucher leurs pensions. Il a demandé qu’ils soient davantage pris en compte dès 2013.

Des chiffres douteux

La note salée de ce bilan de fin d’année est venue du ventre mou de la politique du Renouveau : l’emploi. Le président parle de son souci permanent pour la création d’emploi, il évoque près de 160.000 emplois  créés dans le secteur moderne en 2012. Une pure invention des conseillers du président, quand on sait que ce qui tue les jeunes camerounais depuis belle lurette c’est le taux de chômage très élevé. Qui a donc pu glisser ce chiffre moqueur, qui dépasse de loin les 25.000 recrutés à la Fonction Publique ? C’est de la pure fiction dans la forêt équatoriale.

D’autre part, le président relève les insuffisances dans l’accès à l’eau, l’électricité et le logement social, mais rien ne garantit que ces trois choses soient améliorées en 2013, puisque depuis des lustres il en parle. Même si Paul Biya parle des projets pilote en matière de logement à explorer, rien n’est moins sûr. Et sur le cas de l’électricité et de l’eau, en attendant que la Sanaga vienne au secours des Camerounais, qui tirent le diable par la queue, les coupures intempestives vont certainement se poursuivre. Rien à faire. Car le seul discours ne peut pas fournir l’eau et la lumière à la nation.

Cet état de la nation dressé par la haute hiérarchie s’est achevé comme d’habitude avec des vœux de bonne année au peuple camerounais.

Jean Charles Jérémie

À propos de lastucieux

Je suis un journaliste camerounais, j'aime la production audiovisuelle, la présentation des journaux et des émissions spécialisées, j'aime le travail bien fait. Je souhaite que le gouvernement camerounais et les capitaines d'industrie soutiennent ceux qui se battent pour l'amélioration des conditions de vie des Camerounais, tous métiers confondus.

Voir tous les articles de lastucieux

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le résumé des meilleurs con... |
Code Promo |
Le monde à l'envers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petit Journal de Lattes
| robertini12
| Le Monde